Vos aides financières

Vous voulez engager des travaux de rénovation énergétique de votre logement ? Quelle que soit votre situation, il y a forcément une aide qui correspond à vos besoins !

Selon votre situation personnelle, certaines des aides présentées ci-dessous peuvent être cumulées. Elles dépendent également des travaux ou bouquets de travaux (travaux issus d’au moins deux catégories différentes) que vous réaliserez.

Deux nouvelles primes exceptionnelles de 1350 € et 3000 €

  • Pour soutenir la réalisation de vos travaux d’éco-rénovation, l’Etat vous propose, selon votre situation, deux nouvelles aides exceptionnelles : une prime de 1350 € pour les ménages aux revenus moyens et une prime de 3000 € pour les ménages les plus modestes.
  • Après examen personnalisé de votre situation par votre conseiller, si vous avez droit à la prime à 1350 €, il vous faudra remplir en ligne le formulaire de demande.

     

  • Les travaux concernés par la prime de 1350 €

    Pour bénéficier de la prime, les travaux doivent être réalisés par des professionnels et concerner au moins deux des catégories suivantes :

    – travaux d’isolation thermique de la totalité́ de la toiture ;

    – travaux d’isolation thermique de la moitié au moins des murs donnant sur l’extérieur ;

    – travaux d’isolation thermique de la moitié au moins des parois vitrées donnant sur l’extérieur ;

    – travaux d’installation de chaudières à condensation, de chaudières à micro-cogénération gaz ou de pompes à chaleur autres que air/air ;

    – travaux d’installation de chaudières ou d’équipements de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnant au bois ou autres biomasses ;

    – travaux d’installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.

     

  • Les travaux concernés par la prime de 3000€

    – Les travaux doivent garantir une amélioration de la performance énergétique du logement d’au moins 25 % : un spécialiste vous accompagnera tout au long de votre projet. Il effectuera pour vous le diagnostic de votre logement ainsi que son évaluation énergétique. Sur cette base, il vous proposera les travaux les plus adaptés.

    – Vos travaux ne doivent pas être avoir commencé avant le dépôt de votre dossier. Ils devront être intégralement réalisés par des professionnels du bâtiment.

L’éco prêt à taux zéro : une facilité de financement

  • Accessible à tous les propriétaires, qu’ils occupent leur logement ou qu’ils le louent, l’éco-PTZ permet de bénéficier d’un prêt à taux zéro d’un montant maximal de 30 000 € pour réaliser des travaux d’éco-rénovation.
  • Les travaux concernés par l’éco-PTZ :

    Les matériaux et équipements doivent être fournis et posés par un professionnel.

    Les travaux qui ouvrent droit à l’éco-prêt doivent :

    – soit constituer un « bouquet de travaux » : la combinaison d’au moins deux catégories de travaux éligibles parmi les catégories listées ci-dessous ;

    – soit permettre d’atteindre une « performance énergétique globale » minimale du logement, calculée par un bureau d’études thermiques ;

    – soit constituer des travaux de réhabilitation de systèmes d’assainissement non collectif par des dispositifs ne consommant pas d’énergie (en respectant certains critères techniques).

     

    Les catégories de travaux :

    – isolation de la toiture ;

    – isolation des murs donnant sur l’extérieur ;

    – remplacement des fenêtres et portes donnant sur l’extérieur ;

    – travaux d’installation, de régulation ou de remplacement de systèmes de chauffage (associé le cas échéant à des systèmes de ventilation performants ou de production d’eau chaude sanitaire performants) ;

    – travaux d’installation d’un système de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable ;

    – travaux d’installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.

Le Crédit d’Impôt développement durable (CIDD)

  • Accessible à tous (propriétaires comme locataires), le crédit d’impôt développement durable (CIDD) vous permet de déduire de vos impôts entre 10 et 40 % des dépenses d’équipement pour certains travaux de rénovation énergétique.

     

  • Il est applicable jusqu’au 31 décembre 2015 aux maisons individuelles ou appartements achevés depuis plus de 2 ans et utilisés comme habitation principale.

     

  • Les taux de crédit d’impôt sont majorés lorsque les travaux sont réalisés en bouquet (combinaison d’au moins deux types de travaux réalisés et payés la même année).
  • Les dépenses d’équipements concernés par le CIDD :

    Le crédit d’impôt concerne les dépenses d’acquisition de certains équipements fournis par les entreprises ayant réalisé les travaux, sur présentation d’une facture. Ces équipements et matériaux doivent satisfaire à des critères de performance.

     

    > Sont concernés :

    – équipements de chauffage (chaudières à condensation individuelles ou collectives, appareils de chauffage au bois ou autres biomasses) ;

    – matériaux d’isolation (parois opaques, parois vitrées) ;

    – installation de volets roulants ou isolation des portes d’entrées donnant sur l’extérieur ;

    – appareils de régulation de chauffage (jusqu’au 1er janvier 2014*) ;

    – calorifugeage des installations de production ou de distribution de chaleur ou d’ECS ;

    – chauffe-eau solaire individuel ou système solaire combiné ;

    – pompes à chaleur autres que air/air dont la finalité essentielle est la production de chaleur ou d’eau chaude sanitaire ;

    – équipements de raccordement à certains réseaux de chaleur alimentés par des énergies renouvelables ou des installations de cogénération ;

    – chaudières à micro-cogénération gaz ;

    – panneaux photovoltaïques (jusqu’au 1er janvier 2014*) ;

    – équipements de production d’énergie utilisant l’énergie éolienne ou hydraulique, à l’exception des panneaux photovoltaïques.

     

    > Les équipements constituant un bouquet de travaux sont les suivants :

    – isolation d’au moins la moitié des murs donnant sur l’extérieur ;

    – isolation de l’ensemble de la toiture ;

    – isolation d’au moins la moitié des parois vitrées ;

    – équipements de chauffage ou de production d’ECS fonctionnant au bois ou autre biomasse ;

    – équipements de production d’ECS ;

    – chaudières, équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable (excepté les panneaux photovoltaïques), PAC.